Radiata-Mania

La passion de la Tortue-Rayonnée
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 ---article---

Aller en bas 
AuteurMessage
pelupelo

avatar

Nombre de messages : 3
Date d'inscription : 21/08/2007

MessageSujet: ---article---   Mar 28 Aoû - 12:51

J'ai trouvé un article de David T. Kirkpatrick,issu d'un magazine de reptilophilie qui traite de nos protégées, je le trouve intéressant par ce qu'il aborde l'évolution des populations depuis les premières implantations...
La tortue rayonnée
David T. Kirkpatrick, Ph.D

--------------------------------------------------------------------------------
Les tortues et les tortues viennent dans une variété presque accablante de tailles, de formes, et de couleurs. Parmi le plus distinctif et beau sont ces tortues qui ont « pour tenir le premier rôle » ou « rayonnant » le modèle sur leur carapace, et beaucoup de gens croient cela de ces derniers, la tortue rayonnée rare, radiata de Geochelone, sont les plus distinguées. Y compris la tortue rayonnée, sept espèces de tortue ont les inscriptions semblables : la tortue géométrique [geometricus de Psammobates], dentelé tiennent le premier rôle la tortue [oculifera de P.], la tortue de tente [tentorius de P.], la tortue de tenir le premier rôle [elegans de Geochelone], le Birman tiennent le premier rôle la tortue [platynota de G.], la tortue malgache d'araignée [arachnoides de Pyxis], et la tortue rayonnée elle-même. [Par ailleurs, la tortue rayonnée est parfois placée dans le genre Asterochelys.] En tout de ces tortues, les de base « tiennent le premier rôle » le modèle se composent d'une série de lignes légères ou de régions émergeant d'une zone centrale de chaque scute brun noir ou foncé sur le carapace, bien que dans quelques espèces ceci soit renversé avec l'allumeur de fond et les rayons plus foncés. Parfois le même modèle de rayonnement est également présent sur le plastron. Cependant, la tortue rayonnée fait « tenir le premier rôle » le modèle le plus saisissant de l'un des des tortues, avec un centre jaune ou orange à chaque scute noir, duquel prolonger quatre à douze jaunes ou lignes oranges des épaisseurs variables.
La tortue rayonnée a la forme de base de corps de « tortue » : un carapace haut-voûté, une tête émoussée, et des pieds éléphantesques. Ses jambes et pieds sont jaunes, de même que sa tête, excepté une pièce rapportée noire variable classée sur le dessus. Quelques animaux peuvent devenir presque 16 pouces (40 centimètres) dans la longueur droite, faisant à la tortue rayonnée le plus grand des tortues « tenues le premier rôle ». Ce les seules marques ils facilement distinguables d'autre « ont tenu le premier rôle » des tortues, mais il y a d'autres différences. À la différence de quelques tortues, telles que la tortue de tenir le premier rôle, le centre de chaque scute n'est pas augmenté vers le haut dans la tortue rayonnée. Ceci donne au carapace de la tortue rayonnée un aspect doux plutôt qu'à une forme grumeleuse et pyramidale. En conclusion, leur tenir le premier rôle le modèle semble être plus finement détaillé et complexe que le modèle normal d'autres espèces. Il y a également des différences entre le mâle et les tortues rayonnées par femelle, mais ce sont relativement mineurs. Les mâles ont généralement une plus longue queue, alors que l'entaille dans le plastron sous la queue est moins apparente dans les femelles que dans les mâles.

L'indigène seulement à la partie méridionale de l'île du Madagascar, où ils sont connus en tant que « Sokakes », a rayonné des tortues de phase dans des régions sèches de brosse, de buissons d'épine et de régfions boisées. Dans le sauvage ils sont herbivores, alimentant sur des herbes et des succulents, y compris le cactus d'opuntia, qui a été présenté au Madagascar et la diffusion rapidement. En captivité ils accepteront un certain nombre de fruits et de légumes, y compris les patates douces, carottes, pommes, bananes, pousses de luzerne, et melons. Ernst et Barbour en leur livre « tortues du monde » rapportent qu'ils sont partiels aux nourritures rouges.

Les tortues rayonnées sont parmi les tortues plus rares du monde, bien qu'elles ne soient pas aussi rares que le yniphora étroitement lié de Geochelone de tortue du Madagascar, ou « Angonoka », dont il peut y avoir seulement quelque douzaine survivant dans le sauvage. Ce les espèces, qui manque du distinctif « tiennent le premier rôle » le modèle, est confinées à une région beaucoup plus petite du Madagascar que la tortue rayonnée. Les deux espèces sont affectées par la perte d'habitat et malheureusement la tortue rayonnée est également employée comme source de nourriture de temps en temps. Les deux tortues sont énumérées dans l'annexe 1 de la convention sur le commerce international dans les espèces en voie de disparition (CITE), interdisant l'importation ou l'exportation de l'une ou l'autre espèces dans la plupart des conditions. Ainsi très peu d'animaux sont jamais exportés, limitant le nombre d'animaux qui sont disponibles aux programmes de captif-multiplication.

La multiplication de la tortue rayonnée s'est produite en captivité, et le processus de cour et de joindre a été décrit en détail. Les mâles commenceront à essayer de joindre quand ils sont environ un pied long, et des femelles quand ils sont quelques pouces plus long. Les mâles habituellement ne réussissent pas à joindre jusqu'à ce qu'ils soient plus de 13 pouces de longueur, due à la disparité dans les tailles entre le jeune mâle et les femelles mûres. Quand joindre a lieu, le mâle commence le procédé en suivant et en entourant le femelle, en pendillant sa tête en haut et en bas et le reniflement aux jambes de derrière de la femelle. Il peut essayer de la soulever vers le haut avec le bord avant de sa coquille, pour la garder vraisemblablement de s'écarter. Si les restes femelles stationnaires le mâle la monteront de l'arrière, plaçant sa queue sous et contre sa queue. Il frappe alors la région anale inférieure de son plastron contre l'arrière du carapace de la femelle en pompant ses jambes arrière dedans et dehors. En plus du bruit de leurs coquilles heurtant ensemble, le mâle également sifflera ou grognera actuellement. Au total, ce peut être un procédé assez bruyant !

Quand la femelle est prête à pondre ses oeufs, elle commence à creuser un nid. Utilisant ses en arrière jambes, elle excave un trou flacon-formé qui est d'environ 6 à 8 pouces de profond. En cela elle déposera de 3 à 12 oeufs fragile-écossés presque sphériques. Elle alors dissimule le nid et se déplace loin. En captivité la longueur de l'incubation des oeufs rayonnés de tortue s'est avérée quelque peu variable, mais global elle est plutôt longue dans la durée - de 145 à 231 jours.

Quand les tortues rayonnées juvéniles hachent finalement, elles s'étendent dans la taille de 32 à 40 millimètres de longueur. Leurs carapaces sont brillamment colorés, avec une nuance blanche ou grisâtre aux régions légères, contrairement à la nuance plus jaune des adultes. Le modèle palmé fin est présent dans la tortue juvénile sur la hachure. Le carapace lui-même est légèrement aplati quand les premières trappes mais lui de tortue réalise bientôt l'aspect haut-voûté de la tortue d'adulte.

Un certain nombre de tortues rayonnées ont été importées en les Etats-Unis, une partie avant l'établissement du CITE des règlements et d'autres depuis lors dans les expéditions spéciales. Robert Baudy, par exemple, a importé un nombre relativement grand d'animaux en 1969 pour le captif multipliant des buts. Les breedings rayonnés d'abord enregistrés de tortue aux Etats-Unis étaient par le zoo de bagagiste de Gladys dans Brownsville, le Texas et par Dr. William Zovickian, en 1973. La collection de la société zoologique de New York, puis dans Gainesville, la Floride, a également enregistré les naissances qui année. Depuis lors, le nombre de naissances et les animaux a solidement augmenté.

Au début des années 80 l'association américaine des parcs zoologiques et les aquariums (AAZPA) lancent un programme conçu pour encourager la multiplication des espèces en voie de disparition des animaux en captivité. Connu comme plan de survie d'espèces (SSP), ce programme surveille la multiplication captive des espèces en voie de disparition pour assurer la croissance et la diversité maximum des stocks captifs. Un plan de survie d'espèces a été commencé pour les tortues rayonnées en 1985, par 13 établissements et la 1 information de contribution de particulier sur 179 tortues. Un studbook a été établi, dans le but d'assurer la quantité maximum de diversité génétique par la multiplication sélective. Ceci signifie que quand la progéniture d'une tortue et donc ses gènes deviennent trop bien-représentée dans la population captive, il n'est plus autorisé à multiplier. Certains de ces animaux sont prêtés ou donnés aux zoos qui n'ont pas un programme de multiplication mais le souhait pour avoir un animal pour l'affichage. Par la tenue d'archives et la gestion soigneuses la variabilité génétique et si tout va bien la santé globale de la population captive est maintenue. Depuis son commencement le nombre d'établissements et d'individus impliqués plus qu'a été doublé, et le plan rayonné de survie d'espèces de tortue semble être éteint à un début très bon.

La multiplication de la tortue rayonnée en captivité a été remarquablement réussie. Depuis ces naissances premières en 1973, le nombre d'animaux captif-soutenus a solidement augmenté. Par exemple, dans l'édition 1990 de l'inventaire de Frank Slavens des reptiles et des amphibies en captivité, plus de cinquante naissances ont été enregistrés. Le zoo de bagagiste de Gladys maintient actuellement une colonie de 60 animaux, alors que la colonie de la société zoologique de New York, maintenant étant gardé sur l'île de rue Catherine en Géorgie, contient 88 membres. Actuellement, l'inventaire de Slavens énumère 343 tortues rayonnées en captivité.

Heureusement pour la tortue rayonnée, le programme de multiplication captif semble être un succès. Mis en danger dans son habitat indigène, la multiplication de captif a gardé la tortue du bord de l'extinction. Cependant, le captif multipliant des programmes ne peut pas et ne devrait pas être employé pour justifier l'élimination continue de l'habitat pour des espèces en voie de disparition telles que la tortue rayonnée. Nous sommes tous endettés aux établissements et aux individus qui ont travaillé tellement dur pour faire à ce programme un succès, pour sans leurs efforts un des espèces de tortue les plus belles, radiata de Geochelone, la tortue rayonnée, ne pourrait pas avoir lieu autour d'aujourd'hui pour que le monde admire.


Références pour de plus amples informations :

Ernst, C.H. et R.W. Barbour. 1989. Tortues du monde. Pression Smithsonienne d'établissement, Washington, C.C. pp 251-253.

Holmstrom, W. 1989. Le plan rayonné de survie d'espèces de tortue. Proc. 12ème Colloque herpétologique annuel sur la propagation et l'agriculture captives, pp 47-51.

Hudson, R. 1983. Le plan de survie d'espèces et son application aux reptiles. Proc. 7ème Colloque herpétologique annuel sur la propagation et l'agriculture captives, pp 1-9.

Obst, F.J. 1988. Tortues, tortues, et terrapins. Pression de rue Martin, New York. pp 67, 183-184.

Pritchard, P. 1979. Encyclopédie des tortues. Publications de TFH, Neptune, New Jersey pp 275-286.

Slavens, F. et K. Slavens. 1990. Reptiles et amphibies en captivité : Multiplication, longévité et inventaire. Slaveware éditant, Seattle, Washington.


--------------------------------------------------------------------------------

Ce copyright 1992 d'article par David T. Kirkpatrick. À l'origine édité en magazine de reptile et d'amphibie, mars l'avril 1992, pagine 18-24.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pelupelo

avatar

Nombre de messages : 3
Date d'inscription : 21/08/2007

MessageSujet: désolé   Mar 28 Aoû - 12:56

Faîtes pas attention aux grosses fautes de langue, je l'ai fait traduire vulgairement par google ... bom Sad
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
---article---
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Radiata-Mania :: L'Astrochelys Radiata :: La Fiche !!!-
Sauter vers: